Flash NPA – Les archives en ligne

Les difficultés de Twitter s’accumulent

La pérennité du modèle économique de Twitter est encore mise en doute au vu des mauvais résultats du 1er trimestre, qui  ont sans doute contribué au départ de son PDG Dick Costolo. Toutefois, le réseau continue d’élargir sa palette de ses services.

Un premier trimestre 2015 en berne

Twitter enregistre une chute de 10% de ses revenus publicitaires sur les 3 premiers mois de l’année, à hauteur de 388 millions de dollars. Sur la période, le nombre moyen d’utilisateurs mensuels (MAUs) du réseau progresse d’environ 5%. Si la faible croissance de ces derniers est régulièrement critiquée, en comparaison de ses concurrents, l’évolution de son chiffre d’affaires est également scrutée par le marché. Jusqu’alors toujours en forte hausse, le recul sur le 1er trimestre des recettes publicitaires pèse lourdement. Et ce d’autant plus que le dernier trimestre de 2014 a été excellent (432M$). Elles profitent cependant d’une croissance annuelle de 18%.

Des recettes publicitaires en baisse, des audiences en faible progression sur le T1 2015
(Evolution en millions)

image1
Source : Twitter

Le départ récemment annoncé du PDG de l’entreprise, Dick Costolo, fait état de la situation complexe dans laquelle se retrouve Twitter, nourrit les doutes sur son modèle économique et relance les spéculations sur une cession du réseau, dans des conditions probablement défavorables. Pour beaucoup d’analystes financiers, Twitter qui est valorisé à 24 milliards de dollars en bourse paraît très surévalué.

Poursuite de la stratégie d’offre de services gratuits

Pour autant, le réseau poursuit sa stratégie de démultiplication des services proposés à ses utilisateurs et clients, afin d’accroître l’activité et l’engagement.

Ainsi Twitter met fin à la limite de 140 caractères pour la messagerie privée. Dès juillet 2015, ils pourront atteindre jusqu’à 10.000 signes. Face à la réussite de Facebook sur ce créneau, l’entreprise cherche à profiter des nouveaux usages prolifiques. Et pour les marques faisant reposer leur SAV sur leur compte Twitter, ce changement facilitera nettement les rapports, les échanges avec leurs clients.

Autre nouveauté, le réseau gazouillant vient d’annoncer la lecture en autoplay de trois formats vidéo : les GIF, les vidéos uploadées sur Vine et celles uploadées directement. Initié dès maintenant sur le web et les smartphones sous iOS, la version pour Android devrait sortir d’ici peu.

Si le choix d’améliorer l’expérience de ses utilisateurs est en soi bénéfique, le fait que tous ces services ne soient pas monétisés d’une manière ou d’une autre et ne semblent pas inciter les annonceurs à augmenter leurs dépenses sur Twitter ne semble guère rassurant.