Flash NPA – Les archives en ligne

Industrie musicale en France : nouvelle chute du chiffre d’affaires en 2014

Le Syndicat National de l’Edition Phonographique vient de publier l’édition 2015 de son rapport sur l’économie de la production musicale. Après une très légère embellie en 2013, l’année 2014 s’est soldée sur une forte baisse du chiffre d’affaire de l’industrie musicale en France. L’effondrement du chiffre d’affaire du marché physique n’a pas pu être contrebalancé par la hausse trop faible de celui du marché numérique. Plus que la chute du physique, c’est la faible croissance du marché numérique qui est préoccupante dans un contexte marqué par l’explosion du streaming qui représente désormais plus de la moitié des revenus du numérique.

Effondrement du marché physique et timide croissance du numérique

Le marché de la musique en France a diminué de 5,4% en 2014, soit une perte de 32,6 millions d’euros,  pour s’établir à 570,6 millions d’euros de chiffres d’affaires. Sur le seul segment des ventes de musique enregistrée (total du CA hors droits voisins), la baisse du chiffre d’affaire a même atteint 7%.  La principale cause de cette baisse de revenus est l’effondrement du marché physique avec une diminution de 11,5% de son chiffre d’affaires. La très faible croissance enregistrée en 2013 (+0,8%)  n’aura constitué qu’une embellie singulière et les ventes physiques de 2014 poursuivent la tendance à la baisse en cours depuis 2010  (-9% en 2010 ;-11,6% en 2011 ;  -11,7% en 2012). Depuis 2009, le marché de la musique enregistré a diminué de 22% sous l’effet de la chute du marché physique qui a vu sa valeur chuter de 37%.

2014 a marqué néanmoins la reprise de la croissance du chiffre d’affaires du marché numérique mais à un niveau insuffisant pour dynamiser le marché musicale dans son ensemble. Après une année presque blanche en 2013 (+0,8% de CA), le chiffre d’affaire des ventes numériques de musique a augmenté de 6% en 2014. Si ce chiffre marque un regain d’intérêt des français pour les formes de consommation numérique, il reste néanmoins très inférieur à la croissance moyenne de 12,4% enregistrée entre 2010 et 2012.

marche_musique_france

Le streaming moteur de la croissance du marché numérique

Le numérique représente désormais 23% du marché global de la production musicale en France.  Si l’on s’intéresse uniquement au marché de la musique enregistrée (marché hors droits voisins), le numérique représente 29% des revenus du marché et le marché physique les 71% restants. Le marché numérique a énormément progressé au cours des 5 dernières années, enregistrant une hausse de 16 points de sa part des revenus de la musique enregistrée. Depuis 2009, la valeur du marché numérique a été multiplié par presque 2, mais cette croissance n’a pas suffi a enrayé la baisse du marché dans son ensemble

Pour la première fois en 2014, les revenus du streaming ont dépassé ceux du téléchargement. Le chiffre d’affaire du streaming a augmenté de 34% pour la seule année 2014. Le chiffre d’affaire du streaming par abonnement a augmenté de 34% tandis que celui du streaming financé par la publicité a progressé de 32,3%. Entre 2010 et 2014, le chiffre d’affaire total du streaming a été multiplié par plus de 3 et désormais, le streaming représente 55% du chiffre d’affaires des ventes numériques de musique. La France est désormais un des rares pays avec la Suède et la Corée du Sud où le streaming constitue la source majoritaire de revenus sur le marché numérique.

A l’inverse, le téléchargement de musique à l’acte a fortement diminué en 2014. Le chiffre d’affaires du téléchargement a ainsi enregistré une baisse de 14% de son chiffre d’affaires soit une diminution supérieure à celle de la vente de supports physiques. Ainsi, si en 2014 le nombre d’albums vendus en support physique a diminué de 8,7%, le nombre d’albums vendus au format numérique a baissé de 17,8%. Le téléchargement ne représente plus que 13,7% des ventes d’albums en France contre 15,1% en 2013. Le téléchargement de titres musicaux a chuté encore plus fortement avec une baisse de 19%  des ventes en 2014. Cette décroissance du téléchargement est préoccupante car elle limite de fait la croissance du chiffre d’affaire du marché musicale numérique.

evolution_chiffre_affaires